Accueil - Le Mag - La plaie invisible des violences conjugales

Le Mag

  Décryptez les actions du monde associatif
La plaie invisible des violences conjugales
Action sociale et insertion
06 March 2015

femmes

Terrible symbole de l’inégalité entre les genres, les violences conjugales sont parmi les plus complexes à combattre. De nombreuses associations s’y consacrent.


A l’occasion de la journée internationale de la femme ce 8 mars, on entend beaucoup parler, et à juste titre, des écarts de salaire entre les genres et du chemin restant à parcourir pour atteindre la parité. Moins médiatique, la violence conjugale n’en reste pas moins  la forme la plus fréquente de violence envers les femmes. Comme le montrent les chiffres du Ministère de l’Intérieur, tous les trois jours, en France, une femme succombe sous les coups de son conjoint.

Une violence à multiples facettes
Les victimes de la violence conjugale représentent près d’une victime d’homicide sur 5, et les enfants, parfois également victimes directes, sont en tous cas les témoins de ces violences.
Pour autant, la violence physique n’est pas la plus fréquente des violences conjugales, dont on estime qu’une Française sur dix en est victime. Celles-ci peuvent être également verbales, sexuelles, psychologiques ou encore économiques.
Mais elle n’est pas l’apanage des femmes financièrement dépendantes de leur conjoint, et ne se limite absolument pas à un groupe social. Il n’existe pas plus de profil type du conjoint violent que de la femme victime.
 En revanche, un point rassemble les victimes : elles en parlent très rarement et portent plainte plus rarement encore, alors que cette atteinte volontaire à l’intégrité de l’autre, cet abus de pouvoir dans le cadre d’une relation privilégiée, tombe sous le coup de la loi.
Ce silence situation s’explique par l’isolement, la honte, le poids des idées reçues, les sentiments de culpabilité et d’échec…

Un silence dangereux
De nombreuses associations se sont constituées pour accompagner ces femmes, les aider à sortir de leur isolement et de leur silence, à se battre sur le terrain juridique, autant que pour les protéger physiquement. Les premières initiatives ont vu le jour dans les années 70 sous l’égide de féministes qui créent des lieux d’accueil, d’écoute et d’hébergement gérés par différentes associations. Depuis 1987, celles-ci sont fédérées au sein de la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) qui compte 65 associations membres qui suivent chaque année plus de 30 000 situations de femmes victimes de violences conjugales et gère le service national d’écoute-information-orientation pour les violences conjugales, devenu le 3919/Violences Conjugales Info.
FNSF se bat pour faire reconnaître les violences faites aux femmes comme un phénomène de société symbolique de l'inégalité persistante entre hommes et femmes et se veut une force de proposition auprès des pouvoirs publics et des politiques afin de faire évoluer les lois.

Femmes handicapées, femmes au travail
L’association « Femmes pour le dire, femmes pour agir » se consacre plus spécialement aux femmes handicapées (dont une sur cinq est victime de violences) et lance ce 6 mars 2015 le premier numéro d’appel en France dédié à l’écoute des femmes en situation de handicap victimes de violences et de maltraitances.
L’AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail) qui agit dans le cadre de la lutte contre toutes les formes de violences contre les femmes, est spécialisée dans la dénonciation des discriminations sexistes et des violences sexistes et sexuelles au travail. Ce fléau est particulièrement développé en France, l’un des pays où le taux des violences sexistes ou sexuelles sur le lieu de travail est le plus élevé, selon l’association.

 

Visuel : source http://www.villecresnes.fr/

Pour en savoir plus
- Observatoire régional des violences faites aux femmes
- Violence contre les femmes: la loi vous protège
- SOS femmes
- Osez le féminisme 
- Maison des femmes
- Voix de femmes: ligne d'écoute anonyme et confidentielle destinée aux femmes victimes ou confrontées au mariage forcé.
- Libres terres des Femmes
- L’Escale (centre d’accueil et d’hébergement pour les femmes victimes de violences)
- Fédération Femmes solidaires
- Colère nom féminin: diffuse et vend des t-shirts au profit des associations et des actions de lutte contre le harcèlement de rue
- Femmes pour le dire, Femmes pour agir
- Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail
- Elles imaginent

CES ARTICLES VOUS
INTÉRESSERONT PEUT-ÊTRE ...
Gestion du handicap: cap sur l'innovation !

Atout Soleil, l’opération de mécénat soutenue par Lire la suite...

L'actu des assos sur Generation-responsable.com !

Retrouvez les contenus liés aux initiatives solidaires des Lire la suite...

Vous devez être connecté(e) pour publier un commentaire