Accueil - Fiches pratiques - « Le crowdfunding : soutenir un projet, pas une…

Fiches pratiques

  Développez votre visibilité
« Le crowdfunding : soutenir un projet, pas une institution »
Outils de collecte

« Le crowdfunding : soutenir un projet, pas une institution »

Yaële Aferiat est directrice de l’association française des fundraisers. Elle porte un regard à la fois enthousiaste et réaliste sur le crowdfunding. Mode passagère ou nouvelle opportunité ?  Adapté au fonctionnement associatif ou trop complexe ? Quelques réponses avec une des spécialistes de la collecte de fond et du mécénat en France.

Génération-en-action : Pouvez-vous nous présenter l’association AFF ?
Yaële
 Aferiat : L’AFF est un réseau de professionnels de la collecte de fond et du mécénat créé il y a plus de 20 ans. Le point commun entre les membres de ce réseau, c’est leur activité : collecter des fonds privés au service de l’intérêt général. Historiquement, l’AFF est ancrée dans l’humanitaire et la solidarité, avec des liens forts avec les ONG.  
Nous regroupons des professionnels d'autres secteurs tels que l'enseignement supérieur et la recherche et depuis peu les  hôpitaux, collectivités territoriales, elles aussi, amenées à faire appel au mécénat.
Nos 650 adhérents ont tous signé le code de déontologie établi par l’association car l’éthique est fondamentale dans notre métier sensible touchant à l’argent.

GEA : Comment définiriez-vous le crowdfunding ?
YA : 
Je viens justement de lire un article qui le définissait comme « le financement par la foule »,c’est assez joli. Pour moi, le crowdfunding, c’est permettre au plus grand nombre de soutenir des projets même avec des moyens minimes.

Il s’inspire de plusieurs techniques de fundraising. Comme en marketing direct par exemple, il s’adresse au plus grand nombre. Par contre, cela se passe sur la toile et auprès d’un public plus jeune. Il répond aussi du marketing  tribal, affinitaire. On est dans le coup de cœur, l’envie d’aider tout de suite. Important, avec le crowdfunding, on ne soutient plus une institution, on soutient un projet. Les opérations de crowdfunding les plus connues sont celles des plateformes de financement de jeunes chanteurs comme mymajorcompany.

GEA : Vous voyez d’autres différences avec les méthodes de collecte de fonds plus traditionnelles ?
YA : 
On est dans une logique projet. On s’adresse à  une communauté, comme sur les réseaux sociaux. Il s’agit du coup de sensibiliser cette communauté, de l’amener à nous rejoindre.

GEA : Quel regard porte l’experte en fundraising que vous êtes sur l’efficacité de cette nouvelle méthode de collecte de dons ? 
YA : 
Dans une stratégie de fundraising, il faut utiliser à bon escient tous les outils à notre disposition. Le crowdfunding est particulièrement efficace lorsqu’on souhaite mobiliser des gens sur un projet très rapidement et sans des moyens énormes. 
Cela permet de se mettre en action. Il ne faut pas avoir d’ambitions démesurées, bien définir ses objectifs dès le départ et savoir raconter une histoire.
Le crowdfunding permet des petites victoires rapides alors que le fundraising se pense sur le long terme et peut être dissuasif pour ceux qui se lancent.

GEA : Est-ce que cela signifie que la technique est davantage adaptée aux jeunes associations, celles qui se lancent ? 
YA :
 Oui, mais pas seulement. Les associations plus anciennes peuvent y avoir recours si elles sont capables de se défaire de leurs habits institutionnels et fonctionner en mode projet.

GEA : Justement, quelles sont les conditions sine-qua-non pour réussir une opération de crowdfunding ?
YA : 
Au-delà de celles que je viens de citer (méthodes projet,viralité…), il est important d’engager une réflexion sur la reconnaissance pour les donateurs. Elle doit être proportionnée aux projets et aux dons. Et surtout, ne jamais oublier de remercier et de donner des nouvelles à la suite de la collecte. Un mail d‘informations à propos de l’avancée du projet me paraît indispensable.

Nous appelons souvent le fundraising le « friendraising » :considérons aussi le crowdfunding comme un outil pour se faire des amis.


Site web de l'AFF

Lire la fiche pédagogique sur les outils de collecte de fond.

Copyright © AFF


——————————————————————————————————————————————
Ces sujets restent complexes pour qui n’a pas la formation ? Besoin de bénévoles pour vous aider sur ces sujets experts ? 3 pistes pour vous y aider :

1/ regarder les missions de notre site, alimenté notamment par notre partenaire France Bénévolat présent auprès de plus 6 000 associations.
2/ analyser les missions de Passerelles & Compétences, association spécialisée dans le bénévolat de compétences.
3/ consulter la veille sur Scoop-it de generation-en-action.com sur la communication et le web 2.0

———————————————————————————————————————————————————

CES ARTICLES VOUS
INTÉRESSERONT PEUT-ÊTRE ...
Smartphone/tablette: comment adapter du contenu ?

40 % des Français se connectent à Internet depuis des Lire la suite...

Créer une infographie : 5 sites à connaître

Une infographie est une représentation visuelle et Lire la suite...

Vous devez être connecté(e) pour publier un commentaire